Accueil » Coaching Sportif en Ligne » Les blessures musculaires

LES BLESSURES MUSCULAIRES

 

Partie intégrante de la vie d’un sportif, elles sont le signe d’une préparation physique inadaptée ou d’un effort mal dosé. Bénignes, elles peuvent toutefois, dans certains cas, provoquer l’impotence immédiate et un arrêt prolongé de l’activité sportive. Quelles sont les symptômes et les causes de ces accidents myo-tendineux si désagréables limitant l’optimisation de nos performances sportives ? Comment les prévenir et les guérir ? Explications de votre coach sportif en ligne.

Plusieurs types de blessures musculaires existent et peuvent se classer en deux catégories :

1) LES BLESSURES D’ORIGINE EXTERNE

- Les contusions

Elles sont très souvent dues à un coup direct porté contre le muscle. Les fibres musculaires, sous l’effet du choc, éclatent et provoquent, par voie de conséquence, la rupture des parois des capillaires sanguins jouxtant la zone lésée. Le sang se répand.

Symptômes :

  • Douleur musculaire localisée
  • Sensation de chaleur au niveau du choc
  • Impotence fonctionnelle possible
  • Difficultés à faire bouger les muscles lésés
  • Oedème possible
  • Présence éventuelle d’un hématome ou d’une ecchymose

Après avoir diagnostiqué le type de blessure, il est important de respecter certaines règles afin d’éviter les complications :

Que faire ?

  • Repos, selon l’importance de la lésion, de 5 à 10 jours,
  • Appliquer immédiatement de la glace  sur la zone lésée (1 Heure)
  • Bandage compressif, mais serré modérément.
  • Massages et rééducation contre-indiqués, car ils favoriseraient de nouveaux saignements intramusculaires
  • Réalisation éventuelle d’une échographie
  • Médicaments anti douleur, anti-oedème et anti inflammatoire prescrits par le médecin, selon l’importance de la lésion

2) LES BLESSURES D’ORIGINE INTERNE

Ces accidents se produisent lorsque le muscle ne travaille pas dans des conditions normales. Autrement dit, les conditions physiologiques ne sont pas réunis pour un travail musculaire correct. Suivant la gravité de la lésion, on parlera d’élongation, de claquage ou de déchirure musculaire :

- L’élongation

Elle se caractérise par une douleur vive et spontané ressentie lors d’un effort violent. L’élongation est un muscle qui a été sollicité à l’extrême de son élasticité, mais dont les fibres ne se sont pas déchirées.

Symptômes :

  • Douleur musculaire importante, soudaine et localisée pendant l’activité physique
  • Douleur ne réapparaît qu’à l’effort
  • Sensation de «boule» dans le muscle, l’effort peut perdurer
  • Pas d’ecchymose et pas d’hématome
  • Le muscle peut être légèrement gonflé

Le muscle retrouvera toutes ses qualités physiologiques d’élasticité, de tonicité, d’excitabilité en suivant ces quelques recommandations :

Que faire ?

  • Arrêt immédiat de l’activité sportive
  • Repos
  • Mettre de la glace rapidement sur la partie douloureuse
  • Un travail léger du muscle lésé
  • Consultation médicale

- Le claquage

C’est la rupture de quelques myofibrilles (micro-déchirure).

Symptômes :

  • Douleur musculaire très vive pendant l’effort
  • Douleur soudaine et localisée
  • L’impotence est immédiate (arrêt de l’effort)
  • Apparition  d’une ecchymose quelquefois tardive et à distance

- La déchirure musculaire

Elle se caractérise par la rupture partielle ou totale de fibres musculaires. La désinsertion du muscle est parfois observée ;

Symptômes :

  • Douleur musculaire très importante, vive et localisée
  • Augmentation local du volume du muscle
  • L’impotence est immédiate
  • Apparition très rapidement d’une ecchymose
  • L’hématome est volumineux
  • Calcification possible de l’hématome

Lorsque un claquage ou une déchirure partielle ou totale est diagnostiqué,

Que faire ?

  • Arrêt immédiat de l’activité, immobiliser pour ne pas aggraver les lésions ;
  • Ne pas masser ;
  • Traitement médical indispensable ;
  • L’application de glace favorise la disparition de l’hématome (durant environ 3 à 4 jours) ;
  • Reprise très progressive de l’activité afin d’éviter les accidents à répétition ;
  • Le travail musculaire «normal» ne pourra être envisagé que le muscle aura retrouvé toutes ses qualités physiologiques et fonctionnelles.

- Les tendinites

Elles correspondent à une inflammation des tendons (terminaison des muscles). Dans les cas les plus extrêmes, la rupture du tendon est possible.

Deux types de tendinite existent :

  • La tendinite dégénérative : vieillissement du tendon qui s’étire moins bien
  • La tendinite du sportif : sollicitation trop importante ou inadaptée du tendon

Symptômes :

  • Douleur pendant l’effort, peut apparaître au repos pour les tendinites les plus importantes
  • Douleur vive et localisée au niveau des tendons (à l’approche des articulations)

Que faire ?

Pour les tendinites dégénératives :

  • Traitement par ondes de choc, injection de facteurs plaquettaires ou balnéothérapie

Pour les tendinites du sportif :

  • Repos ou diminution de la charge de travail
  • Préparation physique adaptée et agencée en fonction de la lésion diagnostiquée
  • Utilisation d’anti-inflammatoires
  • Réalisation d’infiltrations

Dans les deux cas, un traitement chirurgical peut s’avérer obligatoire si la rupture du tendon est constaté.

3) LES CAUSES DES BLESSURES MUSCULAIRES

Quelles sont les facteurs à risques pouvant provoquer un accident musculaire ?

  • Une tension brutale (fréquente dans certaines actions de freinage), chute, rattrapage d’un déséquilibre, geste en porte-à-faux
  • Un échauffement insuffisant ou inexistant avant l’effort ;
  • Une mauvaise hygiène de vie (manque de sommeil, alimentation déficiente ou inadaptée, etc.) provoquant fatigue et faiblesse musculaire ;
  • L’âge (l’élasticité et la solidité des muscles et des tendons diminuent avec l’âge) ;
  • L’utilisation d’anabolisants (substances entraînant un accroissement du système musculaire) favorisant le développement de la fibre musculaire et fragilisant donc les tendons (sur lesquels ces produits n’ont pas d’effets) ;
  • Des problèmes psychologiques contrariant les sensations proprioceptives (sensations corporels qui renseignent sur l’équilibre et les déplacements) ;
  • Un problème postural (déséquilibre postural);
  • La raideur musculaire ;
  • Le manque d’hydratation entraînant une mauvaise élimination des déchets liés à l’effort ;
  • Une thérapie incomplète ou mal conduite notamment après une blessure ;
  • Des exercices de musculation ou d’étirement inadaptés ou mal réalisés ;
  • La mauvaise qualité des installations sportives, un équipement ou un matériel sportif inadéquat.

4) COMMENT PRÉVENIR CES BLESSURES ?

  • Porter des équipements de protection (contusions) : casque, protège-tibia, genouillères, chevillères, etc…
  • Avoir une bonne hygiène de vie (une alimentation équilibrée, un sommeil suffisant et le maintien d’un poids santé,  l’obésité peut entraîner des contraintes ou des tensions supplémentaires sur les muscles) ;
  • Avoir recours aux services d’un professionnel compétent, que ce soit pour vous initier à un nouveau sport ou parfaire votre technique ;
  • Éviter d’augmenter brusquement l’intensité dans la pratique d’une activité sportive. Il est important de mettre en place une augmentation progressive de la charge de travail afin de permettre au corps de s’adapter ;
  • Respecter un temps de repos suffisant et réfléchi pour laisser l’organisme reconstituer ses stocks énergétiques et réparer les différents tissus lésés après les entraînements et les compétitions ;
  • Adapter votre activité sportive à votre forme physique et à votre âge ;
  • Prévoir un équipement et un matériel de qualité, adaptés à l’activité sportive, au niveau de pratique et la morphologie du sportif ;
  • Avant l’activité physique : préparer votre organisme à l’effort (cardiovasculaire, musculaire, tendineux) avec un échauffement progressif des muscles et des tendons (environ 10 minutes). L’intensité de la préparation dépend de l’intensité de l’activité qui sera ensuite réalisée ;
  • Après l’activité physique : S’étirer de manière progressive, en effectuant alternativement une tension maintenue une vingtaine de secondes, puis un relâchement. Il est indispensable d’étirer lentement tous les muscles sollicités pendant l’activité physique. Les étirements devront être effectués de façon modérée afin d’être efficace.

Ces conseils dépendent de votre profil et de vos caractéristiques personnelles et ne peuvent, en aucun cas, se substituer à ceux d’un médecin.

NAVIGATION